Publié le 23/04/2014 Mise à jour le 24/04/2014

Inauguration du site Internet ReNom

Jeudi 6 février 2014 se tenait l’inauguration du site internet Renom. Cette journée marquait non seulement l’ouverture du site au public mais aussi la clôture du projet tel que déposé auprès de la région Centre en 2011. Après un rapide rappel des enjeux du projet, le site internet a été présenté à l’ensemble des partenaires et acteurs régionaux intéressés par les perspectives liées au tourisme littéraire en région Centre.

Présentation du projet ReNom
par Marie-Luce Demonet (Directrice de la MSH Val de Loire & responsable scientifique des BVH, CESR)

Pour rappel, le projet ReNom est porté par Denis Maurel du Laboratoire d’Informatique (LI) de Tours et coordonné par l’équipe des BVH du CESR. Deux partenaires privés y sont associés, la société Supersoniks pour la création du site Internet et la société Digiscrib pour la mise en place des Epub.

Du point de vue des partenariats, les échanges se poursuivent avec certains monuments du Conseil Général d’Indre-et-Loire, les associations d’Amis d’auteur, le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre d’Indre-et-Loire et le Comité Régional du Tourisme. L’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes contribue également à alimenter la richesse documentaire du site ReNom.

L’équipe des BVH ne compte pas s’arrêter là, l’objectif est de poursuivre l’enrichissement du site et de proposer plus de contenus touristiques. En parallèle de la version en français de la Renaissance, une version modernisée des textes sera proposée. La mise en place d’une collaboration avec l’Institut d’Administration des Entreprises de Tours est en cours pour analyser la perception par l’utilisateur du site ReNom et de son impact régional. Cette enquête permettra d’étudier les retombées touristiques, afin de valoriser les actions menées et d’envisager des pistes de poursuite du projet.

Après deux ans de travail, il est désormais essentiel de diffuser et de continuer à faire vivre ce projet inédit dans le paysage de la recherche et du tourisme.

Pour aller plus loin : ReNom, le bilan du projet 

 

Présentation du site internet ReNom
par Jorge Fins (Ingénieur d’étude pour les BVH, CESR)

Page d’accueil du site ReNom. Consulté le 17/02/2014

 

Le site ReNom est composé de cartes, de textes et d’index. Ces éléments peuvent être combinés pour obtenir différentes visualisations offrant une navigation transversale et originale des œuvres proposées. La carte de la page d’accueil est centrée par défaut sur la région et les lieux du Gargantua. En raison du caractère fictif des romans de Rabelais, certains lieux ne sont pas situables. Le site ReNom en fournit la liste dans la rubrique Cartographie.

Plusieurs options de recherche sont mises à la disposition de l’utilisateur :
- par distinction de réalité (“mythique” : existence liée à une source textuelle non historique).
- par type de lieu

 

 

Les résultats de la recherche sont présentés sous leurs formes modernes et régularisées. Un champ libre permet d’effectuer également des recherches sur les variantes, c’est à dire, les formes anciennes des noms présents dans les œuvres. L’indexation des entités nommées se base sur les noms propres, cela ne concerne pas les paraphrases. À ceci s’ajoute la reconnaissance de certains mots signifiants pour discerner les types de lieux (exemple : abbaye, île, montagne).

 

Exemple de recherche par filtre : Les bâtiments réels chez Rabelais. Consulté le 17/02/2014

 

Recherche du lieu “Coulaines” avec système d’auto-complétion : les deux variantes “Coulaines” et “château de Coulaine” issues des œuvres sont proposées. Consulté le 17/02/2014

 

Présentation d’un résultat de recherche avec extrait en contexte. Consulté le 17/02/2014

 

Les textes présents sur le site ReNom proviennent du corpus BVH-Epistemon et sont présentés en français de la Renaissance. L’une des prochaines étapes du projet est de les moderniser afin d’en faciliter l’accès. L’œuvre est divisée en chapitres. Chaque chapitre présente la liste de ses entités nommées. La carte permet de naviguer au sein du chapitre. Des liens vers les fiches lieux et personnages sont proposés lorsque l’utilisateur clique soit sur le lieu ou le personnage dans le texte, soit directement sur la carte.

 

Le lieu “Coulaines” dans son contexte. Consulté le 17/02/2014

 

Deux index sont proposés sur le site ReNom : les lieux et les personnes. Tout comme dans la partie Cartographie, un moteur de recherche multicritères est proposé. La petite spécificité de l’index des personnes est de présenter une catégorie “rôle” à la place du type de lieu.

 

Index des personnes et critères de recherche. Consulté le 17/02/2014

 

Via les fiches de lieux et de personnes enrichies de notes, d’illustrations et d’informations touristiques, l’utilisateur peut suggérer une modification ou un ajout.

 

Exemple de fiche : Jean des entommeures. Consulté le 17/02/2014

 

La rubrique chronologique retrace succinctement le contexte historique et culturel de la vie de Rabelais et de Ronsard.

 

Chronologie. Consulté le 17/02/2014

 

Questions

Sur les cartes, pourquoi avoir conservé les noms actuels des villes ?
Il s’agit de fonds de carte “Google maps”, nous n’avons pas eu le choix que de conserver les nomenclatures modernes. L’équipe projet envisage la possibilité de travailler sur d’autres fonds de carte prochainement, comme les cartes de Cassini, des cartes IGN nécessitant un travail envisagé en collaboration avec le cartographe de la MSH Val de Loire.

Pourquoi avoir laissé des termes en anglais sur des fiches lieux en français ?
Le fil d’Ariane géopolitique présent sur les fiches lieux est généré automatiquement à partir de Geonames, un service libre et collaboratif. Les BVH ont participé à l’intégration de données dans la base mais la plupart des informations préexistantes sont en anglais.

Est-ce que le projet ReNom pourrait servir de modèle pour d’autres régions ?
Tout à fait. Nous avons d’ores et déjà indexé  tous les noms de lieux et de personnages mentionnés dans les œuvres du corpus. La dimension de valorisation touristique se limite pour l’instant à la région Centre mais pourquoi ne pas élargir par la suite.